Un bâtiment durable

Prise en compte des aspects de développement durable, de performance énergétique et de dispositions prises en matière d’énergies renouvelables, d’excellence et de réactivité technologique.

 

La sobriété énergétique est donc au cœur de notre projet de réhabilitation. Pour répondre aux objectifs énergétiques ambitieux : BBC rénovation (Cep ≤ Cepréf – 40%) ; besoins de chauffage ≤ 300 MWhEF/an et consommations ≤ 600 MWhEF/an, nous avons structuré notre réflexion suivant trois axes complémentaires :

  • 1er axe d’optimisation : Amélioration de la compacité et regroupement des entités par besoins thermiques.
  • 2ème axe d’optimisation : Traitement thermique de l’enveloppe.
  • 3ème axe d’optimisation : Rénovation et remplacement des installations techniques par des équipements efficients.

Amélioration de la compacité

Un travail important a donc été mené sur le zoning thermique des locaux de façon à limiter les échanges entre locaux rafraichis et non rafraichis et à simplifier le traitement thermique. Pour conserver un maximum de cloisons existantes et donc limiter la quantité de travaux, l’impact environnemental (énergie grise) et les coûts associés, la superposition des zones rafraichies à l’Est de la barre a été abandonnée au profit d’un regroupement maximal par niveaux des zones rafraichies. Pour ne pas augmenter significativement les parois déperditives, les surfaces nouvelles (bureaux et locaux techniques) ont été rationalisées et implantées de façon à améliorer la compacité du bâtiment.

 

Traitement thermique de l’enveloppe

Les performances actuelles de l’enveloppe ne correspondent plus aux standards d’aujourd’hui. Elles induisent des besoins de chauffage importants et de l’inconfort que nous améliorerons par la rénovation complète de l’enveloppe thermique. L’isolation sera renforcée par des complexes avec une forte résistance thermique. L’intégralité des doubles vitrages actuels, peu performants, seront déposés et remplacés par des vitrages pourvus de couche à faible émissivité. Nous traiterons lors de ces interventions les ponts thermiques et l’étanchéité à l’air (N50 ≤ 1vol/h).

 

Rénovation des installations techniques

Les systèmes obsolètes (rendements faibles), et de conception ancienne et/ou inadaptée à l’utilisation actuelle seront remplacés par des équipements performants ou rénovés lorsque leurs caractéristiques le permettent. L’électricité sera remplacée par une production de chaleur mixte bois/gaz pour réduire significativement les consommations en énergie primaire et recourir à une source d’énergie renouvelable.

Notre projet prévoit également de récupérer l’énergie sur la production de froid nécessaire notamment pour le rafraichissement des serveurs. Elle sera réintégrée dans le réseau de chauffage.

La ventilation est un point faible important du bâtiment COPERNIC. Elle fera l’objet d’une rénovation complète (CTA, régulation, diffusion) pour assurer des débits d’air hygiéniques et réduire fortement les consommations du poste. Il en sera de même pour l’éclairage artificiel qui offre à ce jour un éclairement insuffisant et énergivore. Les sources et les luminaires seront à hauts rendements et régulés en fonction des besoins. Les performances des systèmes seront mesurées et renvoyées vers la GTB par des compteurs et sous-compteurs.

 

 

Nous profitons du projet de rénovation énergétique pour améliorer sensiblement le confort thermique et visuel. Les vitrages Sud et ceux arrondis des pignons seront à fort contrôle solaire pour pallier à l’absence de protections solaires extérieures en raison d’impossibilité technique et pérennité. Les châssis seront pourvus d’ouvrants oscillo-battants pour la ventilation naturelle. Les protections solaires fixes existantes au Sud, dont l’efficacité est prouvée, seront remplacées par des casquettes à lames (opaques et vitrées) au fonctionnement similaire. L’atrium n’offrant pas des conditions de confort satisfaisantes toute l’année, nous prévoyons la pose de vitrages à contrôle solaire pourvus d’une couche réfléchissante (pastillage) dont le motif permettra d’adapter la transmission énergétique à l’orientation. Les orientations prises pour la rénovation des façades (réduction de la fraction de cadre, vitrages plus clairs à FS égal, …) permettent de conserver voir d’améliorer le bon éclairement naturel du bâtiment.

Les consommations d’eau potable seront diminuées par le remplacement de l’ensemble des équipements sanitaires par des références hydro-économes (Chasse double débit, robinetteries temporisée à débit limité, urinoirs à faible débit, etc.).

L’empreinte écologique du projet sera maitrisée par la conservation dès que possible des matériaux et équipements existants. C’est notamment le cas du platelage bois du ponton et de tronçons de réseaux de distribution de fluide que nous projetons de réutiliser. Les matériaux neufs ont été choisis pour leur pérennité dans le temps et leurs qualités sanitaires et environnementales. Le linoleum proposé, présente un bilan environnemental meilleur que le caoutchouc et le PVC. Les isolants minéraux, ont été favorisés tandis que les revêtements des façades neufs seront réalisés à partir de matériaux résistant ne s’altérant pas ou peu dans le temps (aluminium anodisé, verre feuilleté, céramique reconstituée). Le projet prévoit le recours au bois ou son maintien notamment pour des menuiseries extérieures et intérieures, et l’aménagement du ponton et les revêtements muraux en bois.

 

Enfin, le chantier de réhabilitation et d’extension du bâtiment Copernic se déroulant en site occupé, nous mettrons en place un chantier à faible impact environnemental de façon à limiter les nuisances vis-à-vis des usagers et des infrastructures voisines. Un tri complet des déchets de chantier (démolition/curage et construction) sera mis en place pour atteindre un taux de valorisation supérieure à 70% des déchets de démolition et de construction.

 

Une attention particulière a été portée au phasage pour réduire au maximum les nuisances engendrées sur les usagers. Pour limiter les interférences et réduire au strict minimum les déménagements et la durée du chantier, les unités seront relogées pour partie dans les locaux mis à disposition par l’IFU et dans des bâtiments modulaires.

Une grande partie des services/unités n’effectuera qu’un déménagement et un emménagement. Des dispositions seront prises pour séparer strictement le chantier de l’université en fonctionnement notamment vis-à-vis des accès, des livraisons, des nuisances acoustiques et des poussières.